Le Forum du site http://mediatexte.fr
 
RETOUR AU SITERETOUR AU SITE  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pour un autre système éducatif non égalitariste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
hadrien



Nombre de messages : 120
Date d'inscription : 09/12/2005

MessageSujet: Pour un autre système éducatif non égalitariste   Dim 12 Mar - 12:11

Salut à tous

comme je trouve que depuis peu les débats manquent d'empoigne et d'hémoglobine, je vais tenter de lancer un sujet qui devrait tous nous diviser, en deux camps du moins (plus, ce serait encore mieux).

La question est la suivante. Le système français, avec sa conception égalitariste de l'éducation, entendue au sens : Programmes identiques pour tous, méthodes identiques pour tous, cursus identique aussi longtemps que possible pour tous ; cet égalitarisme qui visent à traiter des millions d'enfants en faisant fit de leur différences (d'origine, de sensibilité, d'intérêts, ect) ou prétendant les corriger en les ignorants, cet égalitarisme donc, n'est-il pas à combattre et à remettre en cause de toute nos force. (ouf, fin d'une phrase longue et fastidieuse).

Ce qui je propose donc (après tant d'autres) c'est d'imaginer un système scolaire plus humain, plus tourné vers l'émancipation des enfants, ou tout du moins, les replaçant au coeur du dispositif.

Pour cela, s'imposent les choses suivantes :

- Fixer pour missions première que tous les enfants sachent lire, écrire et compter à la fin du primaire (cherchez les chiffre, on en est loin vu qu'on a à l'entrée en 6ème, 1 analphabète sur 10 ... pas mal non ?)

- Ensuite, donner à ces enfants des cours de sensibilisation à différentes matières comme les maths, la physique, l'histoire, la philo, les lettre, mais cela non pas en leur imposant un programme mais par des activités ludiques et pédagoqique. L'idée étant de donner le goût du savoir aux gosses. exemple : Math, poser des pb de logiques, enseigner les échecs ou toute matière faisant appelle aux capacité d'abstractions. Physique : expérience amusante genre fusées à eaux. Lettres : donner des cours de théatres ou leur faire lire des comtes, des BD.

- Après un ou deux ans de sensibilisation à des matières aussi variées que possible, incluant des travaux manuels comme la cuisine, la sculture, la peinture, tout ce qui peut être expressif en somme ; après cela dis-je, laissez vers 11 ou 12 ans les enfants choisir la moitié voire l'ensemble de leurs cours, selon leur préférences.

L'avantage de cette situation est que les enfants ne serait plus contraint de passer des heures dans des cours qu'ils détestent ou auxquels il ne vaut aucun intéret, et qui délaissent leurs centre d'intéret. Ils s'investiraient vraissemblablement beaucoup plus, et développeraient un autre rapport à l'école et à l'enseignement.

On m'objectera que cela provoquerait de grande disparitées entre les connaissances des élèves et donc de l'inégalité.

A cela je réponds que ce problème est un faux problème. Ceux qui sortent du bac oublient très rapidement les matières qui leurs déplaisent. La majorité des gens se bourrent le crâne avant l'exam et recrachent tout après.

penser l'école ainsi amène à poser la vrai question : comment donner aux élève le gout du savoir, le sens de l'autonomie, et comment enseigner des matières de manière à ce que les élèves aient plaisir à les étudier.

voilà en quelques mots ce que je pense ... a vous de réagir ... j'ai conscience que tout n'a pas été dis, j'y reviendrais plus tard ...

cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fred



Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 15/12/2005

MessageSujet: Re: Pour un autre système éducatif non égalitariste   Dim 12 Mar - 13:32

Bonjour Hadrien,

Effectivement, ça va verser dans l'hémoglobine... (bon, j'espère pas, dans le fond!)
Le système français actuel n'est égalitariste qu'en théorie ; en pratique, c'est le contraire qui arrive, par exemple, pour être passé de la province reculée à Paris, je sais de source sure que des différences de niveau dantesques séparent les élèves du Ve arrondissement de ceux du fin-fond de la camargue ou de la Creuse. Et je dis bien : Dantesques. Le jour et la nuit. A partir du moment ou les sociologues ont pris le contrôle de la pédagogie, le but de l'école est devenu non pas l'apprentissage mais de réduire (en fait, de masquer) les profondes inégalités familiales...

Ensuite, ton idée (généreuse, certes) d'éveiller l'intérêt des élèves me semble partiellement dangereuse.
Si un enseignement totalement autoritaire fait des crétins qui ne savent que la grammaire et les mathématiques, un enseignement totalement libertaire est tout aussi stupide : les self-educated child qu'on a pu rencontrer aux USA se sont révélés être de parfaits névrosés à l'age adulte... Penser que l'enfant peut apprendre sans autorité est une négation profonde des instincts humains : on ne naît pas homme, on le devient, en partie grâce à ce qui nous est transmis. A cinq ou six ans, même à dix, on n'est pas responsable et je postule (à tort ? ça se discute) qu'on ne peut savoir ce qu'il est bon d'apprendre. On sait surtout ce qui nous fait plaisir...il faudrait un changement complet de la société pour que les enfants préfèrent les expériences de physique aux dessins animés...


Dernière édition par le Dim 12 Mar - 14:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sébastien



Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 03/02/2006

MessageSujet: Re: Pour un autre système éducatif non égalitariste   Dim 12 Mar - 13:41

Salut Hadrien…

Bon, quelques réactions à froid…. Je répondrai points par points à ce qui me semble discutable…

Tu remets tout d’abord en cause l’enseignement commun…Je ne vois pas où est le problème d’inculquer aux gamins une culture générale de base…Faire le tri trop tôt, ce sera avoir des grosses lacunes plus tard, non ? Par exemple, tu m’aurais donné le choix début 6ème, j’aurais sans doute viré l’histoire géo…quel gâchis ! Des profs géniaux m’ont fait adorer la matière…sans compter le nombre de notions apprises qui m’ont permis d’appréhender le monde différemment…

Quand tu dis qu’il faut absolument que les élèves sachent lire, écrire, compter…je crois effectivement que c’est essentiel…et je crois aussi que si les élèves sont peu compétents dans ce domaine (lisez des copies de collégiens, c’est aberrant !), c’est sans doute parce que l’enseignement s’est un peu dispersé…
Quant à l’enseignement « cui cui les petits oiseaux » que tu proposes, il me semble incohérent aussi…c’est même fourbe je dirais, c’est tromper sur la marchandise ! Ex : on m’a montré que les maths c’était rigolo…je choisi donc de faire une carrière scientifique et là je vois comme c’est chiant et dur et incompréhensible : mais trop tard, on m’a eu ! Et puis franchement je ne sais pas si un gamin a assez de discernement pour choisir son parcours à 11 ans alors qu’il ne sait même pas ce qu’il veut faire plus tard ! Tu luttes contre l’égalitarisme ? Tu peux être sûr que la majorité des gars choisira le sport comme matière principale !!! Laisser le choix, c’est sonner le glas de la majorité des enseignements. Le goût du savoir passe par des profs compétents et passionnés, pas par un enseignement à la carte.

Et puis, je crois que c’est trop facile de laisser les gamins faire totalement ce qu’ils veulent. Ce n’est pas aider les futurs citoyens qu’ils sont. Non, dans la vie, on ne fait pas toujours ce que l’on veut, on n’a pas toujours le choix…comment veux-tu les motiver à se lever pour aller au boulot s’ils n’ont jamais été confrontés à la contrainte ??? Et puis, apprendre c’est souvent fastidieux…ex : pour mon plaisir j’ai choisi d’apprendre la guitare…ça fait mal aux doigts, c’est dur…et finalement quel bonheur ensuite de jouer ses premiers accords…

En ce qui concerne les travaux manuels, évidemment ce serait une bonne idée mais vois déjà les emploi du temps des pauvres gamins…les semaines ne sont pas extensibles…et ce serait encore une fois se disperser des enseignements fondamentaux : lire, écrire, compter…


Voilà quelques idées lâchées spontanément…
A creuser…

Salut grand front Hadrien.

Seb.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fred



Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 15/12/2005

MessageSujet: Re: Pour un autre système éducatif non égalitariste   Dim 12 Mar - 14:15

Citation :
Ceux qui sortent du bac oublient très rapidement les matières qui leurs déplaisent. La majorité des gens se bourrent le crâne avant l'exam et recrachent tout après.

Juste pour rajouter une précision : ce constat fort juste m'amène à des conclusions opposées. N'est-ce pas plutôt parce que l'on est moins exigeant avec les élèves qu'il est possible d'oublier tout ce que l'on apprend ?
Le problème n'est-il pas que l'on a baissé le niveau du bac juqu'à un stade où il devient possible de se bourrer le crâne deux mois avant pour le réussir ?
L'exercice de la liberté ne requiert-il pas au préalable une éducation ?
L'enfant que tu décris me fait penser au "bon sauvage"...exempt de vilaines pensées, de flemmardise, il ne fait que s'intéresser aux phénomènes. C'est vrai que les enfants sont curieux, mais ils ont également d'autres facettes moins plaisantes...comme tous les êtres humains ( voire tous les mammifères d'ailleurs)...
Je te soupçonne de faire de l'enfant un petit ange qui se pervertirait en passant à l'âge adulte. Peut-être le goût du savoir ne vient-il qu'avec l'habitude d'apprendre ? Qu'en penses-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hadrien



Nombre de messages : 120
Date d'inscription : 09/12/2005

MessageSujet: Re: Pour un autre système éducatif non égalitariste   Dim 12 Mar - 14:20

Bien, je suis content de voir que la ligne de démarcation se trace. Voyons jusqu'ou elle ira, je vous propose quelques lames que j'ai affuté.

Le type d'enseignement auxquels je faisais référence implicitement était celui qui fut donné à l'école de Summerhill en angleterre (vous avez surement entendu parlé du livre : "libres enfants de Summerhill").

L'idée qui m'habite est que le système éducatif actuel n'autonomise en aucun cas les enfants et leur donne un rapport au savoir de type : enseignement - sanctions (exams) sans jamais prendre en compte leurs attentes. Il s'agit ni plus ni moins de charger le mulet, sans savoir s'il en retirera quoi que ce soit. Si la majorité des enfants vont a l'école et apprennent leurs cours (ou plutôt se bourrent le crâne), c'est par peur de la sanction. Ce rapport ne me satisfait pas.

Je milite donc pour une école, qui donnerait aux enfants les bases de tout apprentissage futur que sont : - la lecture, l'écriture, la compréhension d'un texte et le calcul.

Une fois cela fait, comme je l'ai dit, 2 ans ou l'on chercherait à sensibiliser les enfants aux math, à la physique, etc ; et cela en développant non pas une approche "disney" mais par une approche pédagogique qui appelle la curiosité de l'enfant.

Vous savez tous que la science ou le questionnement scientifique commence avec ce qu'Aristote appellait un étonement non informé : "Pourquoi cela est-il ainsi ?"
Vous savez aussi que les enfants sont curieux par nature, qui a passé un après midi sous les avanlanche de question d'un mome ne peut en douté.
Il s'agit donc de mettre en valeur cette curiosité, en provoquant chez l'enfant des étonnements divers et en lui apportant des éléments de réponse.

L'accès au savoir peut-être ludique, on peut lire des bouquin compliqués sans avoir l'impression d'une corvée et même par plaisir. Cela est vrai à 20 ans, à 50, et cela peut l'être à 10 ou 12 ans. Sebastien, il est probable que tu aurais viré l'histoire géo car tu n'en voyait pas l'intérêt, pas l'attrait. tu reconnais que ce sont des profs qui te l'on fait aimé. Pourquoi cela n'aurait-il pas pu avoir lieu plutot ? Si l'on apprend à des enfants à réver avec l'histoire, ils l'aimeront. Il ne faut pas prendre les enfants pour des idiots irrationnels sans conscience du monde qui les entoure.

J'ajouterais concernant l'égalitarisme français qu'il échoue car il n'est en pas en phase avec les réalités du monde social. Chacun à un rapport différent à l'école, et nombre d'entre nous sont sortis du lycée en ayant oublié une partie de ce qu'on leur avait appris. Quand à la question du minimun de culture générale, une grande partie des gens ne l'ont pas ou ne savent pas l'utilisé.

Mon enseignement n'est pas cui cui les oiseaux comme le dit Seb, intéresser les élèves aux maths, cela n'implique pas masquer la difficulté du truc. De plus, je n'ai pas parlé (a tort) d'engagement pour tout le cursus mais juste pour l'année à venir. Là on découvre et on apprécie.

De plus, qu'est ce qui peut te faire affirmer que tout le monde choisira le sport comme matière principale ? à 11 ou 12 ans, tu ne prennais pas de plaisir à lire ou à autre chose ? j'en doute, je ne pense que l'enfance n'est pas un age monomaniaque, au contraire.

Concernant l'absence de contrainte et de règle, je crois que tu extrapole un peu, je n'ai nullement parlé d'une non obligation d'aller en cour ? au contraire, si l'on choisit, on a d'autant moins d'excuse. De plus, je pensais qu'il était évident qu'il y aurait un nombre de matière minimale. J'ajoute même que la taille des classe devrait être réduit.

Je passerait l'apologie de l'apprentissage souffrance qui me semble douteuse, apprendre la guitare, ca n'est pas une souffrance pour qui le désire, mais se lever pour aller bosser à l'usine faute de mieux, oui.

Pour revenir aux remarques de Fred, je suis d'accord que le milieu social joue sur les résultats des éléves. On peut légitimement penser qu'un enfant que se parents emmène au musée ou auquel ils transmettent des notions d'histoire ou autre s'épanouira mieux dans certaines matières. C'est sùr et je milite pour que chaque enfant puisse avoir des réponses aux questions qu'il se pose.

De plus, je ne fais de l'enfance un être bon corrompu par la société (à la poubelle Rousseau) mais je pense l'accès au savoir qui permet une liberté citoyenne peut n'est possible que si l'on montre aux enfants l'interêt d'apprendre et que s'ils y adhèrent, s'ils en font l'expérience.

D'ou une dernière proposition.

J'ai cité Summerhill au début, sachez que dans cette école, les enfants étaient directement impliqués dans la gestion et la solution des conflis entres élèves, sur la question de la vie de l'école, il existait une assemblée d'élèves chargée de gérer en partie l'école ... en somme un peu de démocratie ... (pour en savoir plus : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cole_de_Summerhill)

Cela ferait du bien aujourd'hui de donner aux gens l'habitude du débat, de la concertation et de la participation à la vie de la cité et ce dès le plus jeune âge ... peut-être est-ce plus formateur que la carte d'électeur automatique à 18 ans ...

On dit parfois qu'il faut rendre le pouvoir au peuple, rapprocher la politique des citoyens, etc etc etc ... pourquoi ne pas rendre l'école aux élèves dans la mesure du possible ...


Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pour un autre système éducatif non égalitariste   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour un autre système éducatif non égalitariste
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La FCPE va exiger de Peillon et Pau-Langevin une loi d'orientation pour "remettre l'élève au centre du système éducatif".
» Système éducatif nouvelle session 2014
» Les 2 solutions pour "un système éducatif efficace et juste" : donner aux parents "leur place légitime à l'école" et reconnaître comme "pionniers" les enseignants utilisant le numérique.
» Nouvelle technique pour renforcer le système immunitaire.
» Fiche histoire du système éducatif

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DE MEDIATEXTE.FR :: [ARCHIVES]Le Dogmatique, le journal antisceptique :: le Forum Anti-sceptique le retour...-
Sauter vers: